Taxi brousse Madagascar

MADAGASCAR

PHOTO

VOYAGE

Christophe Leroy : Photographie Madagascar

Madagascar, informations générales et conseils pratiques.

PS : Les textes ci-desous, dates de la création du site en 2001 et les infos contenues sont issus de mes voyages avant cette dates. Cependant malgrès les années passées les choses ont peu changé et vous pouvez sans problèmes vous fier à ces infos.
Au cas ou la situation aurait vraiement changé, (j'ai apposé quelques notifications)

La monnaie.

La monnaie à Madagascar est l'Ariary (Ar, MGA) depuis 2003 et avant 1896, mais couramment les malgaches utilisent toujours l'ancienne monnaie le franc malgache (Fmg entre 1960 et 2003) issue du Franc imposé par le pouvoir colonial français de 1896 à 1960.

1 Ar vaut 5 Fmg.

L'information suivante est importante .... comme je le notais précédement les malgaches parlent souvent en Fmg, comptent en Fmg et donnent les prix en Fmg sans toutefois nommer la monnaie utilisée. Là est le problème car en vous donnant : exemple : le tarif de 10000 ? le touriste entend 10000 Ariary car la monnaie officielle est l'Ariary et les billets dans sa poche tous des Ariary. Il va donc tout naturellement donner 10000 Ar soit 5 fois plus que le prix réel exprimé généralement en Fmg (10000 Fmg = 2000 Ar). Mon conseil est de faire préciser la monnaie utilisée dans l'échange de prix, même si ça n'évite pas les arnaques, ça permet d'en aténuer certaine (entendre par arnaque : le gonflage presque systématique des prix face à aux étrangers).

L'avion.

Sans aucun doute le meilleur moyen de transport à Madagascar, en tous cas le plus rapide. Il dessert de nombreux villages (malheureusement ce n'est plus le cas depuis quelques années, Air Madagascar n'assure plus bon nombre de liaisons, il reste les avions taxis des compagnies privées mais pas ce n'est pas pour toutes les bourses), en dehors des grandes villes, et il est parfois judicieux de l'emprunter, afin de s'échapper de certains culs de sacs assez mal lotis par le réseau routier, surtout quand on est pris par le temps. Pour exemple: Antalaha-Tananarive, 1 h en avion, 5 à 6 jours par la route en saison sèche si tout va bien, en saison des pluies pistes impraticables entre Vohemar et Ambilobe, ou, Maroantsetra-Tamatave, 1 h en avion, 3 à 4 jours en 4x4, si les bacs sont disponibles, pour seulement 400 km, impraticables en saison des pluies.
Par contre en avion, on ne profitera pas des superbes paysages qui sont légendes dans ce pays, ni des rencontres avec le peuple. Mais tout dépend de ce que l'on recherche.

Le train.

Au Départ de Tana, deux lignes ferroviaires desservaient Tamatave sur la côte Est et Antsirabe sur les hauts plateaux. La ligne pour Antsirabe n'est plus en service. Pour la ligne vers Tamatave, il n'y a plus de transport voyageur à patir de Tananarive, mais seulement à partir de Moramanga et le voyage se fait de nuit (quel dommage ce trajet de nuit, car les paysages sont superbes pendant la descente vers la côte Est). A partir de Moramanga une voie mène vers le Nord jusqu'au lac Alaotra . Au départ de Fianarantsoa, une ligne mène à Manakara sur la côte sud-est. On la dit superbe pour les paysages traversés, la faible vitesse du convoi donnant tout loisirs de les admirer.

Les arrêts sont nombreux et permettent de se ravitailler en comestibles, sans même descendre du wagon. Femmes et enfants envahissent le quai, tendant à bout de bras des plats de victuailles. Pour quelques dizaines de centimes vous pourrez vous restaurer, suivant les régions et les saisons ; de manioc bouilli, de maïs grillé, de poulet, de canard, de poisson, banane, mangue, pomme... mais pas de boisson.

 (Face à la gare de Moramanga,-ville étape entre Tana et Tamatave-, un chef de gare à la retraite tient une gargote, ses thés aromatisés aux plantes valent le détour, à ne pas manquer.).


Fatal error: require(): Failed opening required './inc/adsence_horizontale_petite.php' (include_path='.:/usr/lib/php5.4') in /homepages/13/d33154612/htdocs/madareve/conseils.php on line 73